28/08/2012 08:51 | Lien permanent | Commentaires (0)

Cas de «rentrite aiguë»

ROSSET_1.jpg– On a une nouvelle maîtresse. Ça me stresse, je la connais pas du tout.
– Vous avez Françoise? Bon, elle a ses têtes, mais ça va.
– Nous, on l’aime bien, Françoise, sévère mais juste.
– Nous, on a Laurent.
– Oh là là, courage! Les devoirs, c’est énorme avec Laurent.
– Nous, on garde Eléonora.
– Trop de chance!
– Vous avez reçu la liste du matériel?
– Moi, j’ai déjà tout. Je note dans mon agenda, la même date de rentrée qu’en Suisse allemande, et comme ça, je suis prête.
– Il me manque les affaires de gym. Laurent demande des shorts. On avait un jogging mais non, il faut des shorts.
– Et y a piscine cette année. J’arrive pas à trouver un bonnet. Cheveux longs, c’est bonnet. Dès le premier cours. Sinon: punition. Ha, Laurent, il ne laisse rien passer!
– Moi, je m’en occupe demain. Ce soir, je «fourre» les cahiers. Moi, je dis: «Avec des cahiers bien fourrés, on commence bien l’année
– Moi, j’ai fait les cahiers hier. Ce soir, j’attaque les livres. Quelle horreur, les livres! Je me fais chaque fois avoir. Je calcule trop court et hop, quand je ferme, ça se déchire.
– Vous êtes inscrites pour la danse?
– Mais non, c’est seulement la semaine prochaine.

– Ha? Non, moi, c’est déjà fait.
– Bon sinon, le «restau scolaire», c’est bon. Le «parascolaire», c’est bon. Le judo, c’est bon.
– Vous avez trouvé un tablier de peinture?
– Oui, mais j’ai pris le dernier.
– Et sinon, vos enfants ça va, ils sont contents?
– Mais avec tout ce qu’on a à faire, on a pas, en plus, le temps de leur demander!
–…

Brigitte Rosset, comédienne

Les commentaires sont fermés.