25/06/2013 07:37 | Lien permanent | Commentaires (0)

Ces enfants qui apprennent à tuer

WEBER_VERA.jpgOn peut être fan de corrida ou essayer de justifier sa pratique par la protection d’une tradition ancestrale. Le fait que des enfants et des adolescents soient directement ou indirectement impliqués dans ce spectacle sordide devrait néanmoins tous nous faire monter au créneau.
 
Alors que les films à caractère violent ou pornographique sont interdits d’entrée aux moins de 14, 16 ou 18 ans, l’entrée des enfants aux arènes est permise dans la plupart des régions promouvant la corrida. Les adultes qui emmènent des enfants à des corridas ou leur permettent de les suivre à la télévision les entraînent, qu’ils le veuillent ou non, à une forme de violence très crue et réelle qui n’a rien d’une fiction ou d’une réalité virtuelle.
 
L’enfance est, entre autres, le temps de l’apprentissage du sens moral. Normalement, on enseigne à l’enfant qu’il faut prendre la défense du plus faible, que la violence est condamnable et qu’il ne faut pas faire souffrir. Dans la corrida, l’enfant découvre, par la violence gratuite faite au taureau – qui n’a évidemment rien demandé –, une contradiction flagrante dans nos lois morales (et pénales), ce qui crée en lui un conflit de valeurs. Le traumatisme psychique que ces images peuvent occasionner n’est pas des moindres non plus.
 
S’ajoute aux images la participation active des enfants dans des spectacles taurins. Ces enfants qui, à partir de 10 ans voire plus jeunes, apprennent dans des écoles de tauromachie à torturer des veaux et des taurillons à l’arme blanche sont exposés à des accidents et à des blessures graves. Le tout cautionné et subventionné par les Etats taurins.
 
Pourtant, l’intérêt supérieur de l’enfant devrait absolument prévaloir: l’intégrité physique et psychique des enfants – les parents de demain – doit être protégée, que l’on soit pour ou contre la corrida.
 
Vera Weber, vice-présidente de la Fondation Franz Weber

Les commentaires sont fermés.