24/09/2013

Monique, elle pique

invite.jpg- Moi, je peux rien reprocher à ma belle-fille, vraiment, elle est adorable.
- La mienne, elle m’énerve. Elle est nulle, et je l’ai dit à mon fils.
- Tu devrais pas lui dire, ça lui fait sûrement de la peine.
- Pas du tout. Ça fait juste qu’il veut plus me voir. Et c’est de sa faute à elle, cette nulle.
- Du coup, tu vois plus tes petits-enfants.
- Tant mieux, eux aussi, ils m’énervent.
- Mais enfin, Monique, tu dois pas dire ça.
- Et pourquoi? Ils sont très mal élevés. On se demande pas pourquoi, avec la mère qu’ils ont!
- Et tu les vois plus du tout alors?
- Mais plus du tout, alors, et je te le dis, c’est tant mieux! Même plus besoin de faire des cadeaux aux anniversaires ou à Noël. Rien!!
- Mais tu te sens pas seule?
- Pas du tout. Et j’aime beaucoup être seule.
- Tu veux que je te laisse?
- Non, toi ça va, toi, je te supporte.
- J’ai de la chance…
- Tu crois pas si bien dire. Je vois bien quand je bois mon café là, le matin, y a plein de gens qui aimeraient me parler.
- Tu crois?
- Non je crois pas, je sais. Y a des bonnes femmes qui viennent s’asseoir à côté de moi et qui entament la conversation. Mais si!! Alors moi, je dis que je suis sourde, et on me fiche la paix.
- Et ton copain Alain, tu le vois plus?
- Non, je le vois plus.
- Et pourquoi? Tu l’aimais bien.
- Eh ben je l’aime plus!
- Vous vous êtes fâchés?
- Non, je lui ai fait le coup de la sourde, il a pas aimé.
- Pourquoi t’as fait ça?
- Parce qu’il voulait absolument que je téléphone à ma belle-fille pour reprendre contact.

Brigitte Rosset, comédienne

17/09/2013

Vous faites quoi, vous, l’été prochain?

rosset.jpg– Tu connais Soph et Thomas, ils n’écoutent personne.


– Oui, enfin…

– Moi, je connais tellement bien le coin. Depuis le temps qu’on y va!

– Ben oui.

– Etre là-bas, et ne pas aller faire un tour au marché des artisans… T’imagines l’idiotie?

– Tu sais…

– Pourtant, qu’est-ce que je leur en avais parlé!!! Tu vois ma jolie vaisselle verte? Ben j’ai tout acheté au marché. Ma collection de cruches, pareil! Mais non, eux… ça les intéressait pas. C’est comme les horaires de plage, je leur ai dit qu’on n’y allait pas entre 11 h 30 et 15 h 30, qu’il faisait trop chaud et que c’était bondé. Je connais, moi. Mais eux… rien à faire. Du matin au soir à la plage.

– Oui mais…

– Et pour les repas, j’ai pourtant averti: «Ici, à midi c’est léger, et le soir on se fait un bon gueuleton, tous ensemble, vers 19 h 30.» Ben eux, ils se tapaient un plateau de fruits de mer au resto de la plage à 14 h. Alors, évidemment, le soir ils n’avaient pas faim. On devait dîner après 21 h! Non mais ça va pas! Et ces apéros qui traînent… Moi, j’ai horreur de ça! J’ai dit à Soph que ça n’allait pas. Mais, comme d’habitude, elle a ouvert ses grands yeux, et elle a fait comme si elle ne comprenait pas. Et Thomas, il avait même l’air énervé par mes remarques. Mais enfin, si y en a une qui sait comment bien vivre là-bas, c’est quand même moi, non?

– Ben…

– Tu vois, je suis certaine qu’avec toi ça ne se serait pas passé comme ça.

– Ah ça…

– Tu viens l’été prochain, hein?

– Ben…

10/09/2013

Bon train…

 

ROSSET_1.jpg– C’est libre à côté de vous?

– Oui, oui, c’est libre.
 
– Vous arrivez à travailler sur votre ordinateur dans le train?
 
– J’essaie, oui…
 
– C’est merveilleux ces ordinateurs qu’on emporte partout, hein?
 
– Oui, c’est bien.

– Moi, j’ai pas un truc comme ça. J’y connais rien. J’ai un téléphone portable, mais je sais à peine m’en servir… Vous inquiétez pas s’il sonne, j’ai mis une alarme. Je sais même pas comment j’ai fait ça. Ça sonne, ça sonne fort, et j’arrive pas à l’enlever. Bon, ça s’arrête au bout d’un moment.

– Aaah…
 
– Des fois les gens, ils me disent dans le train: «Madame, ça sonne» et moi je dis: «Oui, oui, je sais.» Alors, comme je réponds pas, ils me prennent pour une folle. Mais moi je sais que c’est pas un appel, que c’est juste cette alarme, alors je réponds pas. Vous comprenez?

– Oui, oui…

– Ces téléphones dans le train, c’est quand même spécial. On entend de ces choses!!! Les gens, ils parlent fort, de trucs intimes parfois, pis ils se rendent même pas compte qu’on les écoute. Et pis pour des personnes comme vous, qui essaient de travailler, ça peut déranger, non? Ah voilà, ça sonne, vous entendez comme c’est fort? Ça va s’arrêter…

– …

– Moi, si je devais travailler, et qu’il y avait une bonne femme qui parlait fort dans son téléphone à côté de moi, ça m’énerverait.

– …

– Je vous laisse pas écrire, hein?

– …
 
– Vous écrivez quoi?

– Des articles.

– C’est formidable, ça. Mais faut en trouver des idées, hein? Vous allez chercher où toutes ces idées?

– Jamais très loin…
 
 

03/09/2013

Je fourre, tu fourres…

ROSSET_1.jpg- Maman, pourquoi on doit fourrer les cahiers?

- C’est pas «on», c’est «moi» qui fourre les cahiers.
 
- Mais quand je fais moi, c’est tout tordu, tu m’engueules, ça me fait de la peine, et chaque fois que je regarde un cahier, je suis triste, parce que je me souviens que tu m’avais grondé et pis…
 
- OK, OK… On les fourre pour qu’ils restent propres pendant l’année.
 
- C’est nul, de toute façon ça se déchire après.

- Ecoute, c’est comme ça. On nous demande de fourrer, on fourre.

- C’est bizarre de dire «fourrer»…

- C’est pas formidable…
 
- Maman, c’est les chocolats qui sont fourrés.

- Hein?

- De toute façon, tu sais, dans les chocolats, moi, j’aime pas le fourré. J’aime mieux la croûte dessus. Comme les pains aux chocolats aussi, j’aime mieux le chocolat que le pain. Bon pour les livres, j’aime pas plus le dessus que le dedans, parce que des fois, y a un dessus qui a l’air chouette, pis dedans, l’histoire, tu vois, ben c’est pas bien. Des fois c’est le dessus qui est moche, pis en fait dedans c’est bien. Comme les gens aussi, des fois ça a l’air chouette, pis en fait non… Ou alors comme les habits…

- Je peux me concentrer???

- Pourquoi tu t’énerves maman?

- Parce que je n’aime pas four… enfin, mettre ce papier sur ces cahiers.

- T’aime mieux que je le fasse moi, qu’on se fâche, et qu’après je suis triste quand je regarde un cahier et pis…

- Non!!!!!

- Tu vois maman, la rentrée c’est comme les trucs fourrés. Tu te réjouissais, et en fait, y a plein de trucs pas chouettes.
 
Brigitte Rosset, comédienne
 

All the posts