09/02/2015 07:27 | Lien permanent | Commentaires (0)

Philosophie de moineau

 

Mamaaaan Viens!!

– J’arriiive!! Qu’est-ce qui se passe ma chérie?

– L’oiseau par terre, là, il bouge plus. Regarde!

– Fais moins de bruit ma chouchou, il dort!

– Il dort??

– Oui, il dort…

– Sur le dos, les pattes en l’air et tout raide?

– Pourquoi pas?

– Maman, je suis pas débile! Pourquoi tu racontes des carabistouilles? Il dort pas. Il vient de se taper la tête contre la vitre, alors, s’il bouge plus, c’est qu’il est mort.

– Ha…
– Ben oui. C’est triste mais c’est comme ça. Moi, tu vois, je suis pas vraiment triste, parce que je le connaissais pas cet oiseau. C’était pas comme ma copine ou grand-papa ou toi, tu vois? Comme je le connaissais pas, je passais pas du temps avec lui. Et comme je passais pas du temps avec lui, il va pas me manquer. Je vais pas me dire: «Oh zut, je le vois plus l’oiseau bidule, il me manque, je vais aller le voir.» Tu vois? Mais bon, je suis quand même un peu triste pour sa famille. Tu crois qu’on doit le laisser là, comme ça?
– Ben…

– Non, parce que si sa famille veut faire un joli enterrement pour lui… Ils arrivent, et ils le trouvent plus? Ce serait vraiment pas gentil. T’imagines si des oiseaux avaient pris grand-papa pour l’enterrer dans une forêt, sans nous dire, ben on aurait pas été content nous, non maman?

– Ben…

– Et en même temps, si on le lais­se là, y a un chat qui va le manger, et il sera très content le chat. Tu dois pas être triste maman, tu sais, en même temps, la mort c’est aussi la vie, non maman?

Les commentaires sont fermés.