08/09/2014

Les maux de Françoise

invite.jpg

– Mais non!!!
– Mais siii! Pis le mari de l’autre, il se doutait de rien, tu penses. Alors, quand il a reçu la lettre de Françoise, il a viré l’autre. Dehors, avec toutes ses valises!
– Mais noon!
– Mais siii!! Alors l’autre, elle a débarqué chez Jean!
– Mais nooon!
– Mais siiii! Et pis le Jean, l’était pas là. Y avait Françoise…
– Mais nooon!
– Ben si! Et t’imagines la tête de la Françoise, quand elle a vu l’autre devant sa porte, avec toutes ses valises?
– Mais noooon!
– T’imagines pas??
– Ha siiiiii!!
– Bon. Et l’autre, elle s’est pas démontée, elle lui a dit que c’était de sa faute à la Françoise, si elle se retrouvait dehors, et que donc, elle venait habiter chez eux.
– Mais noooon!
– Je te dis que si! Alors la Françoise, elle a dit: «Très bien si c’est comme ça!» Elle a fait ses valises, et elle est partie sonner à la porte du mari de l’autre!
– Mais nooooon!
– Ben si!!! Et le mari de l’autre, qu’était tout malheureux d’avoir fichu sa femme à la porte, et pis d’être cocu en plus, et ben il a dit à la Françoise: «Pourquoi pas, entrez!»
– Nooooooon!
– Je te le dis!! Et le pire c’est que Jean, quand il est rentré chez lui, il était tellement saoul, qu’il a même pas remarqué que c’était l’autre et pas Françoise dans son lit.
– Noooooooon!
– Et tout ça à cause d’une lettre! T’imagines la panique dans le village, si Françoise elle avait écrit tout un livre?
– Ha ben ça!»

 Brigitte Rosset, comédienne

02/09/2014

Et si on parlait d’autre chose?

221533_1cd44ac8.jpg
– Ah là là, non mais franchement, mais là, mais pfff!
– Non, Emile, tu vas pas t’y mettre, toi aussi!
– Ouais mais bon, Jédé… Pfff. Franchement… Là, moi, je pfff…
– Emile, je suis d’accord, mais là, moi, ras-le-bol! Tout le monde parle de ça! Ça râle partout!
– Ouais, mais bon… Enfin, Jédé, c’est normal de râler quand même, non? Tu sais comme je suis d’habitude, toujours positif, non? Mais là…
– C’est pour ça que j’ai du plaisir à te voir. T’es pas un vieux ronchon comme Ernest. Alors, s’il te plaît, tu commences pas à t’y mettre aussi, hein!!! Tu vas passer pour un Genevois!
– Ouais ben tant pis, m’en fiche…
– Passer pour un Genevois, toi Emile, tu t’en fiches? Ouais, même ça, je m’en fiche! Je me fiche de tout. J’en ai marre, j’en ai marre, et pis à force, en plus, ça me fiche le bourdon! Et si, moi, Emile, j’ai envie de râler, eh bien, je râle, et pis c’est tout!
– Mais non, Emile, pas toi! J’en ai ma claque, moi. Je vais chez Ernest, il parle que de ça. Je croise Germaine, elle parle de ça. Je vois Armand, pareil… Pfff. Tout le monde râle, tout le monde se plaint, et tout le monde déprime. Faut rester optimiste, Emile, ça va changer, c’est pas possible autrement…
– Mais bon… Optimiste? Terminé! Y en a marre, y en a marre, y en a marre…
– C’est bon, Emile? T’as assez râlé?
– Ouais!
– On va pêcher jeudi?
– Ils annoncent quoi?
– Attends… Ben… Temps nuageux… Et pluie…
– Pfff, tu vois.
– Ouais, pfff…
– Bon alors, on fait quoi, Jédé?
– On râle, Emile?
– Ouais, on râle!
 
Brigitte Rosset, comédienne

25/08/2014

La rentrée des mères

 rosset.jpg«Nous, cette année, on a pris bien de l’avance. Et on a tout, tout, tout. Elle ne va pas en revenir, la maîtresse. On ne m’aura pas deux fois. Lundi 7 h 45 et on a déjà TOUT!

 
– Mais alors Martine, t’es la championne des mamans!
 
– Et pis j’ai les basanes ET les pantoufles. Non parce que je les connais! Une année c’est les pantoufles, l’année suivante c’est plus les pantoufles… Cette fois, j’ai tout!
 
– Papier pour couvrir? Scotch? Etiquettes?
 
– J’ai mieux! J’ai dégoté des protections en plastique de toutes les couleurs, et de tous les formats, AVEC la petite pochette pour glisser l’étiquette. On est paré! Et demain, hop, on lui en met plein la vue, on aura déjà tout couvert!
 
– La piscine?
 
– On a tout! Bonnets, deux sortes. Maillots une pièce ET deux pièces. Sac imperméable ET sac en toile. Deux serviettes AVEC son nom.
 
– La gym?
 
– Short ET training! Marcel ET T-shirt! Hé! hé, non parce que je les vois venir… Pis baskets pour dehors ET baskets pour dedans.
 
– Ben dis donc…
 
– On a cartable dur ET cartable mou, taille-crayon avec ET sans réservoir, plume à encre ET stylos-bille, crayons de couleur de toutes les couleurs, trousse dure ET trousse molle, colle dure ET colle molle. TOUT je te dis, on a TOUT. Ciseaux: deux paires. Règles: petite et grande…
 
– Il entre en quelle année, ton Louis?
 
– Sixième! Hein Louis? Mais il est où? Louuuuis!!! Louiiiiis!! Mais???
 
– Ben tu vois Martine, je crois que t’as pas tout, en fait! Viens ma Clémence, désolée, nous on y va, ça a sonné…»
 
Brigitte Rosset