21/01/2014

Le pouvoir de Jean-Claude

 ROSSET_1.jpg- Mais qu’est-ce qu’elle a, ma Jeannine? T’as pas l’air dans ton assiette, toi?
- Ça va, ça va… Mais tu sais, toute cette histoire… J’ai beaucoup de peine pour cette Valérie…
- Ah ouais?
- Je la trouvais pas spécialement sympathique avant, mais là, je dois dire que oui, j’ai de la peine pour elle!
- Ah ouais?
- Mais oui, la pauvre! Elle encourage son homme, elle le supporte, elle est à ses côtés, pis le monsieur, il couche avec une autre… Une artiste… Et plus jeune.
- Ouais, ben je me demande bien ce qu’elle lui trouve à ce type, cette Julie…
- Mais enfin, Yvonne, ne sois pas naïve!! S’il était pas ce qu’il est, elle aurait jamais couché, c’est certain. Le pouvoir, ça attire les filles comme ça. T’imagines pour sa carrière? Faut coucher pour réussir, non? Alors autant coucher utile…
- Enfin, Jeannine…!!
- Mais ouiii!! Regarde, celui de Monaco, il était pas très beau et hop, il épouse la Grace. Le Nicolas, il se fait larguer et hop, il se trouve une chanteuse…
- C’est vrai que ces femmes artistes, ben elles sont prêtes à tout pour réussir…
- Pis tu vois, il est pas très beau, mon Jean-Claude…
- Non pas très. Et pis?
- Il est syndic, mon Jean-Claude! Dans le village, c’est lui qui a le pouvoir! Alors, bon… Je suis pas tranquille… Et figure-toi qu’il vient de s’acheter un scooter…
- Mais Yvonne, faut pas t’inquiéter comme ça. Il ne fréquente pas des artistes, ton Jean-Claude!!
- Ben…
- Quoi?
- Il s’est inscrit à la chorale… C’est louche non?
- Ouille…


Brigitte Rosset, comédienne

14/01/2014

La chaleur, ça monte à la tête

ROSSET_1.jpg- Je te dis, Françoise: on nous dit pas tout!


- Pas tout quoi??

- Tu trouves normal, 13 degrés, en janvier?

- Je sais pas… C’est vrai que c’est pas habituel.

- Et?…

- Et quoi??

- Ben… C’est le réchauffement!! Ça y est!

- Enfin, Yvonne, ça a pas commencé cette année! On en parle depuis un moment du réchauffement!

- Oui mais là, on y arrive vraiment à…

- A quoi?

- A la fin du monde, Françoise!! Y a une poignée de gens qui est au courant, là-bas, dans les hautes sphères. Les dirigeants, ils savent qu’on arrive à la fin. Ils ont sûrement la date, et ils disent rien. Et tu sais pourquoi ils disent rien? Parce qu’il n’y a pas assez de place dans les fusées!! Ce sera réservé à l’élite, les fusées. Toi et moi, Françoise, on peut toujours crever, brûlées par le soleil. Une couturière, dans l’espace ça pourrait être utile, pourtant, non? Ben ils s’en foutent. Ils voleront avec des trous aux chaussettes. J’espère que toi et moi, on sera encore vivantes pour assister à ça, et tu verras que j’avais raison! J’ai l’air d’une folle, mais j’ai raison! Tu trouves pas étrange qu’ils n’arrêtent pas d’aller explorer des planètes, et qu’on nous raconte pas ce qu’ils y trouvent? On nous dit pas, non, non. Moi je te dis, ils préparent la fuite, sur une autre planète, et avec «nos» impôts, Françoise! Ben tu sais quoi? Je paie plus mes impôts, et voilà!!


- Ben moi non plus, tiens, je vais plus payer. Et toc! Qu’ils trouvent d’autres pigeons pour payer leurs fusées.


- Et toc!

Brigitte Rosset, comédienne

07/01/2014

Je l’étrangle sur place ou pas?

rosset.jpg- Tu vois, Lise, je ne comprends pas… Je rentre de vacances, et je suis raide!! Déjà, je suis partie fatiguée. Tu sais, ces fêtes de Noël à organiser, courir en ville… C’est épuisant! Et là, je reviens fatiguée. Et j’ai l’impression d’être toujours en train de me plaindre… Heureusement que je ne travaille pas. Je sais pas comment elles font les femmes qui travaillent…

- Mmmh… Et c’était bien tes vacances?

- Bof… Bon, les Maldives, tu vois, c’est beau… Mais bon… Moi, j’ai horreur de mettre la tête sous l’eau, alors si tu fais pas de plongée, y a pas grand-chose à faire… Et deux semaines, c’est très, très long. On a eu chaud. Trop de soleil, beaucoup trop. Et puis bon, Jean-François et les enfants, eux, sous l’eau toute la journée, donc moi, personne à qui parler… Une seule boutique sur l’île… Tu fais le tour en trente minutes. J’ai acheté deux paréos atroces. Si tu aimes les paréos, je te les offre. J’ai aussi ramené un collier en faux coquillages pour la femme de ménage. Je l’avais oubliée à Noël… Très laid, le collier, mais ça devrait lui plaire. La nourriture, berk! Moi, je n’aime pas le poisson, alors là, j’étais gâtée… Et le voyage pfff, plus de dix heures d’avion. Non mais tu peux pas imaginer le calvaire… Enfin, au moins, j’ai un peu bronzé, c’est déjà ça. Et toi ma chérie, mais quelle mine atroce tu as? Tu n’es pas partie??

- Non!

- Mais pourquoi??

- Parce que je travaillais…

- Tu as bien raison, les vacances, c’est épuisant!

Isabelle Rosset, comédienne