17/12/2013

Quand tu tombes, parfois ça fait mal

invite.jpg- Avant, j’avais des amoureux, maintenant, j’en veux plus.

- T’en veux plus, pour jamais ou juste pour maintenant?

- J’en veux plus, jusqu’à plus tard, dans très longtemps.

- Mais si tu tombes amoureuse?

- C’est pas possible, puisque je veux plus.

- Mais… Tu peux pas décider!

- Ben si!

- Mais non, tu peux décider de plus être amoureuse, mais tu peux pas décider de si tu tombes amoureuse ou pas. C’est pour ça qu’on dit «tomber». On décide pas. Si on tombe, on tombe. Avec Lyvia, je fais attention, parce que je veux plus être amoureux d’elle, parce qu’elle est méchante. Et tu sais, c’est pas facile, parce que Lyvia, ben c’est une vraie encoubleuse. Elle arrive très bien à te faire tomber. Alors maintenant, je passe même plus à côté d’elle, je l’ignore. Comme ça, impossible que je tombe encore une fois.

- Tu sais pourquoi, moi, je veux plus d’amoureux? Ben, en fait, quand Thomas, il m’a fait tomber amoureuse, après, j’ai eu mal. Alors, si je veux que ça cicatrise, comme pour le coup du vélo cet été, ben il faut pas que je retombe avant un moment, sinon je vais avoir toujours mal. Tu vois la marque sur mon genou? Ben, comme je suis tombée deux fois de suite, pis que j’avais pas bien cicatrisé, ça a fait une grosse marque. Eh ben les blessures d’amour aussi, elles laissent des marques. Et alors si tu tombes plus, tu te fais plus mal!

- Avec moi, tu risques rien, puisque je suis ton cousin!

- Ouais, avec toi, c’est chouette! On va faire du vélo?

- Ouais!!

Brigitte Rosset, comédienne

10/12/2013

Vous savez ce qu’elle vous dit, la cliente?

ROSSET_1.jpg– Vous avez pris la bonne taille, madame?
– Oui…
– Vous voulez que je vous mesure?
– Non, ça va, merci.
– Vous savez, selon les modèles, ça change!
– Oui, je sais. Je vais déjà essayer, merci.
– Vous me dites quand vous l’avez passé, je viendrai voir.
– C’est gentil, je peux me débrouiller toute seule.
– Ah non, vous savez, elles disent toutes ça, et puis je les vois débarquer une semaine après parce qu’elles veulent échanger. Et, pendant les soldes, on échange pas!
– Voilà… Je…
– Si vous m’aviez demandé de vous aider, avant de vous servir toute seule, j’aurais pu vous dire quel modèle vous deviez prendre. Parce que y en a qui vont mieux aux petits, d’autres aux gros. Ça dépend surtout de la fermeté. Vous faites comme vous voulez, c’est vous la cliente, mais moi je vous dis que, à votre place, j’aurais pas pris celui-là. Hein, Cynthia, viens voir, ça va pas ce modèle pour madame?
– Ecoutez, je…
– Fais voir?… Ouais, non alors, elle a raison, ma collègue. C’est pas du tout un modèle pour vous. Vous devriez plutôt choisir un modèle sport… Qui soutient bien.
– Bien, je…
– Vous voyez le mien? Je vous montre. Sur moi, ça va. C’est une question d’âge. Mes clientes qui ont un certain âge, comme vous, je les oriente toujours vers des modèles qui maintiennent. Vous voulez qu’on vous montre un modèle pour votre âge?
– Merci, non, ça va aller. C’est vraiment dommage, mais là, du coup, j’ai plus le temps!
– Revenez une autre fois, alors!
– Voilà, on va dire ça…
 
Brigitte Rosset, comédienne

03/12/2013

Tolérance zéro

ROSSET_1.jpg
 – Ces mères, qui montent dans le bus, aux heures de pointe, avec des poussettes… Pff non mais franchement, elles peuvent pas attendre un autre moment, ou prendre le bus plus tôt?

– Tu sais, si elles travaillent… Le temps de passer récupérer son enfant à la crèche…

– Non mais déjà, travailler quand t’as un bébé… C’est complètement inconscient! Comment tu peux faire une chose pareille?

– Y a des mères qui n’ont pas le choix, tu sais!

– Ben si t’as pas les moyens, tu ne fais pas d’enfants, pis voilà!!

– Hein?
 
– En tout cas, tu ne prends pas les transports publics aux heures de pointe!! Ces poussettes… Pfff, on est obligé de se serrer comme des sardines. Moi je dis, on devrait interdire les poussettes dans les transports publics, sérieusement.
 
– Hein?
 
– Mais encore hier, j’étais dans le tram, y a une bonne femme qui monte avec sa poussette, on se pousse, on lui laisse de la place, sympa, et son bébé se met à hurler, et elle… Elle se met à lui chanter une chanson débile pour essayer de le calmer!! Mais ça ne faisait rien du tout. Le bébé hurle, hurle et moi quoi, je dois supporter ça? Je te dis, si j’avais été elle, je serais sortie au premier arrêt. Mais elle, non, elle reste…
 
– Il faut bien qu’elle rentre chez elle aussi, non?
 
– Et pourquoi elle rentre pas à pieds, chez elle?
– Mais enfin??!?!

– Je vais te dire une chose, eh ben moi, je n’aurai jamais d’enfants!

– C’est une bonne idée! Et t’inquiètes surtout pas ma grande, tu trouveras personne pour t’en faire…