20/11/2012

En novembre, c’est déjà Noël

brigitte_rosset.jpg– Maman, à Noël, on reçoit des cadeaux. Mais en fait, c’est l’anniversaire de Jésus.
– Oui ma chérie.
– Et pourquoi à Noël on chante pas: «Joyeux anniversaire Jésus»?
– Peut être qu’à l’époque, on connaissait pas encore cette chanson.
– Ha… Oui, peut-être… Tu sais à l’école, cette semaine, on apprend des jolies chansons, pour chanter sous le sapin.
– Chouette!
– Mais maman, Jésus c’est bien le fils de Dieu?
– Oui…
– Et Marie, c’est la maman de Jésus?
– Oui…
– Et la femme de Dieu, c’est qui?
– Ben tu sais… En fait…
– Il était pas marié?
– Voilà…
– Et Marie alors, elle était pas mariée avec Dieu?
– Ben non…
– La maîtresse, elle nous a dit que Joseph, c’était le mari de Marie.
– Oui c’est vrai.
– Ben alors Jésus, c’est le fils du premier amoureux de Marie.
– Oui, si tu veux, mais en fait Jésus, c’est aussi le fils de Joseph.
– Alors Joseph il a adopté Jésus?
– Heuuu…
– Ben oui! Nous, papa, c’est notre papa, et si tu te remaries, alors ton nouveau mari ce sera comme le Joseph de Jésus!
– Heu…
– Eh maman, tu sais, Dieu, il a eu une autre amoureuse avant Marie!
– Hein?
– Ben oui, parce qu’Adam et Eve, c’est aussi les enfants de Dieu.
– Ben…
– Ils étaient bien frère et sœur, Adam et Eve?
– Oui…
– Mais comment ils ont fait pour avoir des enfants alors?
– Ben…
– Et alors en fait, Abel et Caïn c’est les neveux de Jésus!
– Mais…
– Maman, tu sais rien!
– Disons que…
-Eh maman, tu sais au moins qui sont le grand-papa et la grand-maman de Jésus?
– Non.
– Ben, c’est le papa et la maman de Dieu!!
 
Brigitte Rosset, comédienne

23/10/2012

Le train-train déraille

ROSSET_1.jpg- Votre billet, s’il vous plaît!
 
- Voilà, monsieur.
- Il n’est pas valable, madame.
- Pardon?
- Vous avez pris un billet le 22
et on est le 23.
- Ben oui, je suis partie hier,
et je rentre aujourd’hui.
- Mais votre billet n’était valable qu’hier, madame.
- Désolée, je croyais qu’il était valable 48 h.
- Celui-là non. Il fallait le préciser sur la machine.
- Je ne savais pas.
- Vous êtes censée le savoir.
Je dois donc vous amender.
- Mais enfin, vous voyez bien que je n’ai pas utilisé mon retour hier?
- C’est pas parce qu’il n’est pas poinçonné, que vous ne l’avez pas utilisé. Qui me dit que vous n’êtes pas rentrée hier, que vous n’avez pas été contrôlée et que du coup, vous êtes revenue à Lausanne ce matin, pour repartir sur Genève, avec ce même billet?
- Mais c’est vrai ça! Je suis rentrée hier soir, et ce matin, comme j’avais rien de mieux à faire, j’ai décidé de courir jusqu’à Lausanne, de me glisser dans le train pour revenir, et de profiter ainsi d’un voyage gratuit.
- Et pourquoi pas?
-… Bon, et je vous dois combien?
- Alors, 90 fr. d’amende, plus le trajet, ça vous fait 111 fr.
Et vous avez de la chance, vous avez un abonnement demi-tarif!
- Chouette! Et si j’avais pas pris de billet
du tout?
- Idem!
-Hein?? Vous trouvez ça normal, vous??
-Normal ou pas, moi, j’applique le règlement.
- Je vois… Mais «vous»,
vous en pensez quoi?
- Je suis pas là pour penser, madame.
- Mais vous avez bien un avis?
- Si j’en avais un, je ne ferais pas ce boulot,
- C’est vous qui le dites, monsieur.
 
Brigitte Rosset, comédienne

25/09/2012

Question de point de vue

brigitte_rosset.jpg– S’il te plaît, tu viens faire tes devoirs!
– Nooon, pas tout de suite maman.
– On va pas s’énerver chaque fois, tu discutes pas, et tu viens.
– Ouiii, mais juste après.
– Après quoi?
– Quand j’ai fini de jouer.
– Mais là, tu arrêtes de jouer et tu viens!
– Non, maman, je peux pas, je te dis.
– Ça suffit, je compte jusqu’à trois: un… deux…
– Mais mamaaan, je termine vite l’histoire de mon jeu, et j’arrive, promis.
– Tu termineras après!
– Mais mamaaan, je peux pas arrêter au milieu!
– Tu arrêtes et tu viens tout de suite!
– Mais maman, je peux pas! Dans mon histoire, les enfants ils sont en train de faire les devoirs et la maman (c’est moi qui la joue, donc), ben elle veut pas qu’ils quittent la cuisine tant qu’ils n’ont pas terminé. Sinon ils sont privés de télé. Tu comprends?
– Alors, je te propose un autre jeu: on dirait que la maman de ton histoire, elle doit partir vite au travail, alors elle propose à ses enfants d’être bien sages et de terminer tout seuls leurs devoirs. Et toi ma chérie, tu files dans «ma» cuisine de la vraie vie pour «FAIRE TES DEVOIRS»!
– Mais c’est pas possible, parce que c’est aussi moi qui joue les enfants. Alors si je viens, je peux pas faire en même temps les enfants qui restent seuls.
–…
– Et pis franchement maman, là on discute, on discute et si tu m’avais pas interrompue, j’aurais déjà fini mon histoire, mes enfants auraient terminé leurs devoirs, et nous, on serait pas entrain de se disputer. Tu compliques toujours tout, maman!

Brigitte Rosset, comédienne