05/05/2012

Chacun son truc

brigitte_rosset.jpg– Trop fier, j’en ai eu 45 entre 8 h et 9 h 30.
– Ben moi 12.
– 12? Pas terrible, ma belle!
– Et ça fait combien?
– Plus de 2000 balles! Mon objectif ce mois c’est 30 000 fr. Tu vois, quand je prends ma pause là, ben je sais que j’la mérite.
– C’est syndical, la pause.
– Mais je la déguste, ma pause, moi.
– Ben moi, je la prends.
– 12, c’est vraiment nul. Y en avait des magnifiques à choper ce matin.
– Je sais.
– Les femmes, vous n’êtes pas douées. J’ai une autre collègue, je l’ai soupçonnée d’en faire sauter! Dans ce métier, c’est sans pitié. Y a faute, y a sanction. Ce matin, y avait une nana avec une poussette, trois gamins, qui déchargeait ses courses en double file. J’ai couru et paf, je lui en colle une grosse, juste au moment où elle essayait de se défiler. Elle a tout essayé. Le charme, la pitié… Après elle m’engueule. Je bronche pas, je colle. Je fais mon boulot.
– Des fois, je craque.
– Tu dois pas, ma belle. On est là pour faire respecter la loi.
– Mais quand les gens arrivent au moment où je colle, je peux pas. Ça t’arrive jamais?
– 20 ans de métier. Jamais!
– Si tu te trouves face à une connaissance?
– La semaine passée. J’ai même collé ma femme. Si t’avais vu sa tête!
– Mais t’es taré! Moi, tu me colles, je t’en colle une!
– T’est parquée rue de l’Est, ma belle? Ben c’est fait! Allez tu m’en colles une, je triple la mise.
– T’es vraiment tordu!
– Non, juste et droit, ma belle!
– Harcèlement sur une collègue c’est cher, mon beau?
– Pétasse!
– Ah insulte? Je triple la mise.

Brigitte Rosset, comédienne

29/04/2012

Blaise Pascal ressuscité dans un bus

brigitte_rosset.jpg– Trop nulle la disserte, pfff.
– C’est quoi le sujet?
– Le cœur et la raison. Je sais pas quoi dire, moi.
– Tu rigoles ou quoi, c’est trop bien.
– Trop bien?
– Mais oui, carrément! J’y pense tout le temps à ça, moi.
– T’es ouf ou quoi?
– C’est ma vie mec, le cœur et la raison. Tu vois, quand t’es gamin, t’as le cœur pis vraiment un minimum de raison. La vie est belle. Et là, nous, on est pire mal, parce que la raison s’en mêle. Et les parents, t’oublies, y a plus que la raison.
– Ouak?
– Mais ouais, quand t’es gamin, par exemple, t’as un petit qui t’agresse à la crèche. T’as envie de chialer, tu chiales. T’as envie de le pousser, tu le pousses. Tu réfléchis pas. T’as envie d’une glace, tu hurles. Tu t’en tapes, tu t’exprimes tu vois. C’est l’instinct.
– Mais là, le mec il parle du cœur. Pas de si t’as envie ou pas de chialer, ou de bouffer une glace.
– Mais le cœur, c’est pareil. Si tu craques pour une meuf, tu craques. Tu te demandes pas pourquoi. C’est quand tu commences à te poser des questions que c’est la merde. Et si tu quittes une meuf pour des «raisons» genre physique, réputation, ou pour tes potes, ben c’est que tu l’aimais pas. Si t’aimes, tu peux pas l’expliquer avec ta tronche. Hé mec, mais j’te la fais moi, ta disserte.
– C’est tiré d’un bouquin. Je t’le file tout à l’heure. Pascal Blaise: ses «réflexions». Un truc du genre.
– Mais trop bien, ce Pascal. Il est sur Facebook?
– Il est mort mec.
– P’tin. J’aurais bien tchaté avec lui.

Brigitte Rosset, comédienne

21/04/2012

D’amour et d’eau fraîche…

ROSSET_1.jpg Maman, on va manger quoi ce soir? Y a rien dans le frigo!
Je sais. J’ai pas fait les courses.
Bon, les enfants, pour faire plaisir à maman, je vous invite tous au restaurant.
Ouiii! Papa, on va manger du poulet!
Non, une pizza!
Non, des sushis!
On va demander à maman où elle a envie d’aller. Ma chérie, qu’est-ce qui te ferait plaisir?
Je sais pas.
Ça te fait pas plaisir?
Si, mais là je sais pas. Et, si j’avais fait des courses, tu nous inviterais pas au restaurant.
Peut-être, mais là je vous invite!
Oui, mais tu aurais aussi pu penser à les faire toi, les courses. Pourquoi c’est toujours moi qui les fais?
Ben, la prochaine fois, tu me dis, et je vais les faire.
Ce qui me ferait plaisir, c’est que tu y penses sans que je te le dise.
D’accord, la prochaine fois, j’y penserai. Bon, où as-tu envie d’aller dîner?
La prochaine fois, tu n’y penseras pas.
Mais si, tu verras. Bon, on va où ma chérie?
Je sais pas. Si tu m’avais prévenue avant, j’aurais pu y réfléchir.
J’ai pas pu te prévenir avant, puisque je savais pas encore qu’on irait dîner dehors.
Donc c’est bien ce que je dis, si j’avais fait des courses, tu nous aurais pas invités.
Mais là je vous invite! Alors on va où?
J’ai pas faim.
Moi, papa, je veux du poulet!
Non, une pizza!
Non, des sushis!
Ça suffit, vous n’arrivez pas à vous mettre d’accord, alors on sort pas!
C’est nul, vous êtes trop
nuls!

Tu vois, mon chéri, si tu avais pensé à faire les courses, on n’en serait pas là.

Brigitte Rosset, comédienne