12/05/2012

Mère indigne

invit12.jpg– Maman, c’est pour toi!
– Oh mais comme c’est joli, qu’est-ce que c’est?
– Tu le tiens à l’envers, maman.
– Ha oui, comme c’est joli! Mais qu’est-ce que c’est?
– Ben c’est un vase! – Ha ouiii, un vase!
– Mais tu dois pas mettre de l’eau dedans, sinon il fond. C’est du papier.
– Bien, alors je vais pas mettre de l’eau alors. Merci beaucoup ma chérie.
– Tu vas le mettre où?
– Ici, sur la table, qu’est-ce que tu en penses?
– Mais tu vas le laisser là, hein?
– Bien sûr, mais pourquoi tu dis ça?
– Parce que tous les autres cadeaux que je t’ai donnés aux autres Fêtes des mères, je les vois plus jamais.
–… Bon, je le mets là alors.
– Maman, ils sont où les autres cadeaux des autres Fêtes des mères?
– Ha… Eh bien, ils sont… ils sont…
– Tu les as pas gardés?
– Tu sais, au bout d’un moment, eh bien, je les ai rangés.
– Dans la poubelle?
–… Quand on a déménagé, j’ai pas tout gardé… On peut pas tout garder… Si tu regardes dans la grande boîte, y en a certains.
– J’ai regardé, y en a plein de Jules, y en a de Clémence et seulement deux de moi.
– Oui, mais toi, tu en as fait moins, puisque tu es plus petite.
– Tu sais, grand-maman, elle a gardé dans sa boîte à couture un cadeau que tu lui as fait quand tu avais 6 ans. T’imagines comme elle est vieille, ben elle a gardé ton cadeau très, très longtemps. Elle doit t’aimer fort!
– Ma chérie, regarde-moi. Je t’aime très, très, très fort. Et tu sais quel est mon plus beau cadeau? C’est vous trois!
– Oui, mais pourquoi tu as jeté mes cadeaux?
–…

Brigitte Rosset, comédienne

07/04/2012

Parfois, il faudrait ne pas grandir

invit7.jpg– Heinn… Tu crois vraiment qu’un lapin, il peut entrer dans un grand magasin, et acheter des choses?
– Ben oui, s’il a de l’argent.
– T’as déjà vu un lapin faire des courses dans un grand magasin?
– Non, mais c’est parce qu’il vient quand les enfants sont pas là.
– Alors pourquoi maman elle a mis un sac avec des lapins et des œufs en chocolat dans le coffre?
– Ben, parce que c’est le lapin qui lui a donné.
– Tu crois encore que c’est un lapin qui cache les œufs?
– Ben oui.
– Ouais, pis alors, il les porte comment les œufs?
– Ben, il a un grand panier dans le dos. Comme le Père Noël.
– T’as déjà vu un lapin avec un panier sur le dos?
– Non, pas ici, mais dans les autres pays, ça existe.
– Alors le lapin, il prend l’avion avec son panier sur le dos pour venir cacher les œufs?
– Ben, peut-être qu’il a une poche devant, comme les kangourous.
– Et la souris alors, tu crois qu’elle les porte comment, les dents? Avec un panier sur le dos?
– La souris, elle a pas de panier. Elle est trop petite.
– Alors elle les prend dans ses petites pattes, peut-être?
– Ben non. La souris, elle les mange, les dents. Elle en fait de la bouillie, qu’elle garde dans ses joues, et après elle donne la bouillie à ses enfants. Comme les oiseaux.
– Mais tu gobes vraiment tout ce qu’on te raconte, toi!
– C’est pas parce que tu crois plus au Père Noël, que tu dois me raconter des carabistouilles!
– Pff… De toute façon t’es vraiment trop petite, tu comprends rien.
– Ben toi, t’es trop grande!

Brigitte Rosset, comédienne

17/03/2012

Est-ce qu’on vit une drôle d’époque?

invit17.jpg- Lui au moins, il n’est pas comme Luc. Il me comprend. Il ne fait pas semblant.
– C’est tellement important.
– Tu vois, quand je lui parle, il m’écoute.
– Ha ben ouais, ça change tout.
– Je me sens bien quand je le vois, et quand je le vois pas, il me manque. C’est terrible.
– Ça fait longtemps?
– Non. Juste deux mois. C’est fou.
– Vous vous voyez souvent?
– Trois fois par semaine. J’aimerais bien plus, mais tu vois, c’est difficile au début.
– Je comprends.
– Je perds la notion du temps quand on est ensemble.
– Ha ben…
– Et avec lui, c’est différent, c’est… Une découverte…
– Carrément?
– Oui, je pensais pas que c’était possible. Tu sais, j’y croyais pas du tout avant.
– Je sais, je sais.
– Mais ça marche! Je me sens tellement mieux.
– C’est formidable.
– Je me sens plus seule et abandonnée.
– Je suis ravie pour toi.
– Je sais pas combien de temps ça va durer, et je peux pas imaginer la fin.
– Mais ne pense pas à ça. Il faut prendre ce qu’il y a à prendre, là, maintenant.
– Je sais.
– Il est beau?
– C’est pas important, vraiment.
– Ha bon?
– Non. Je le regarde assez peu en fait. Il est surtout extrêmement cultivé. Il s’intéresse à tout. Il a toujours un petit mot gentil, un encouragement.
– T’as de la chance.
– Mais oui, je sais. Fallait juste tomber sur le bon, y en a tellement.
– Ha ça… – Bon, ça me coûte une fortune, mais ça en vaut vraiment la peine.
– Tu le paies???
– Ben oui, c’est normal, enfin…
– Mais tu me parles de qui là?
– Ben de mon psy!
–…

J’ai hésité entre rire ou… pas rire du tout.

Brigitte Rosset, comédienne