25/02/2012

Questions d’enfants

ROSSET_1.jpgMes enfants posent beaucoup de questions…

– Si je mange un oiseau, est-ce que je volerai mieux?
– Maman, c’est qui la grand-mère de Jésus?
– J’étais où quand j’étais pas née?
– Dis, maman, tu connais mon papa?
– Est-ce qu’on s’ennuie quand on est mort?
– Pourquoi tu sautilles jamais quand tu marches dans la rue?
– Pourquoi on n’a pas une maison avec un jardin?
– Est-ce qu’on est obligé de travailler quand on est grand?
– Ton papa, il a été vivant une fois?
– Si on meurt juste un peu, on peut revenir après?
– Est-ce que, quand tu étais petite, tu étais déjà grande?
– Tu aimes plus qui? Jules, Clémence ou moi?
– Pourquoi c’est pas les papas qui donnent du lait aux bébés?
– Est-ce que dans le robinet de la cuisine y a l’eau des toilettes?
– Est-ce que je peux ne jamais devenir grande?
– Pourquoi c’est moche, une huître?
– Est-ce que, si tu mets mes lunettes, tu vois les mêmes choses que moi?
– Pourquoi, quand on va au parc, t’as pas envie de faire de la balançoire?
– Jérôme et Luc, ils savent qu’ils ne peuvent pas faire un bébé ensemble?
– Est-ce que, si j’étais pas ton enfant, tu m’aimerais quand même?
– Est-ce que Dieu me connaît?
– Est-ce que, si je marche très vite, le temps avance plus vite?
– Si on fête pas son anniversaire, on a quand même un an de plus?
– Est-ce que tu peux attendre que je sois grande pour mourir?
– En tout, je dois aller à l’école encore combien de dodos?
– Si j’avais pas été dans ton ventre, est-ce que je serais restée toute ma vie dans le zizi de papa?

Et, souvent, je n’ai pas de réponse.

Brigitte Rosset, comédienne

04/02/2012

Les goûts des autres

invite.jpgJ’aimerais faire les menus du week-end. Alors, dites-moi, vous n’aimez pas quoi?

– Jacques et moi, on est pas compliqués. On mange de tout. Hein Jacques?

– Oui, de tout.

– C’est parfait. Et Clémence et Laurent? Y a des choses que vous n’aimez pas?

– Laurent, c’est bien simple, il n’aime rien. Son palais, c’est un vrai cauchemar.

– Mais enfin, Clémence, arrête. C’est très gênant.

– Mais Laurent, puisque Béatrice demande…

– Oui mais bon, c’est pas vrai, je n’aime pas rien.

– Si, tu vas voir, Béatrice, il n’aime rien.

– Le poulet, il aime?

– Ha non, le poulet, il n’aime pas!

– Mais oui, j’aime beaucoup le poulet.

– Ha oui? C’est nouveau ça!

– Mais mon amour…

– On y va pour le poulet, dimanche midi.

– C’est vrai, Laurent, sincèrement, tu n’aimes rien!

– Mais enfin, Clémence, arrête. Je n’aime pas rien.

– Et le poisson, il aime?

– Il déteste!

– Non, Clémence, enfin! Béatrice, du poisson, ça ira très bien.

– Ce soir poisson. Et comme cet après-midi, on va chercher des truffes, je pensais en mettre dans le poulet. Vous aimez tous les truffes?

– Ha oui!

– Non, Laurent n’aime pas les champignons.

– Mais enfin, Clémence, j’adore les champignons.

– Ha bon, tu adores les champignons?

– Parfaitement Clémence, j’adore les champignons.

– Je te rappelle juste, que quand j’ai fait ma recette de champignons aux agrumes pour ta famille, tu as tout vomi… Idem pour le poulet au cacao et pour mon poisson à la menthe…

– Oui mais enfin…

–…

– C’est «ma» cuisine que tu n’aimes pas Laurent???

–…

– Bon, je vais faire les courses…

 

10/12/2011

Dis maman, ça coûte combien une jambe?

ROSSET_1.jpg– T’as vu maman, la dame elle court avec une jambe électrique. – C’est pas une jambe électrique, c’est une prothèse. – Pourquoi elle a une comme tu dis? – Ben, parce qu’il lui manque une jambe. – Elle a eu un accident? – Peut-être, ou elle est née comme ça. – Mais t’as vu, elle court vite, elle. Le monsieur devant la poste, il reste assis, parce qu’il a pas une jambe électrique? – Probablement… – S’il demande de l’argent, c’est pour sa jambe? – Probablement… Oui, aussi. – Ça coûte combien une jambe? – Je sais pas ma puce. – Ça doit coûter cher, parce que le monsieur, ça fait très longtemps qu’il est là, et il a toujours pas une nouvelle jambe… – Tu sais ma puce, mon premier amoureux, il avait une jambe en moins. – Il avait une jambe électrique? – Non, mais une fausse jambe. – Pourquoi il avait plus sa jambe? – Il a eu un accident. – T’étais triste? – Non j’étais pas triste, j’étais amoureuse. Et il avait un plein de trucs en plus. – Trois bras? – Non ma puce, plein de qualités. – C’est comme moi, je suis amoureuse de Thomas, eh ben, il a un bout d’oreille en moins, mais il est très chouette. Maman, ça coûte moins cher qu’une jambe, une oreille, non? – Je sais pas ma puce. (Silence.) – Tu sais maman, j’ai remarqué, ceux qui ont un truc en moins, ils ont toujours un truc en plus. Moi, je vois pas bien, ben j’ai aussi un truc en plus: mes lunettes! P.-S.: Mon premier amoureux, il a une association formidable, qui aide tous ceux qui ont un truc en plus, heu en moins: www.boutdevie.org.

Brigitte Rosset, comédienne