20/10/2014

Mon amie connectée

– Tu vois Florence, c’est génial! Ce bracelet compte les kilomètres que je fais. Je sais en permanence où j’en suis. Du coup, je suis vraiment centrée.
– C’est bien! Je te disais que j’ai des gros soucis…
– Flo, tu peux te lever et marcher avec moi? Parce que si je m’arrête trop longtemps, je baisse ma moyenne de pas journaliers.
– Oui, attends, je pose mon café. C’est pas pratique de te suivre avec un café à la main…
– Et tu paies les cafés, s’il te plaît! Si j’attends que le serveur arrive, ça va me ralentir.
– Oui, je paie. Je te disais que j’ai des gros soucis et je voulais te demander…
– Tu vois comme je suis en pleine forme? Je suis bien dans mon corps, bien dans ma tête. Ça se voit, non? Et ça, grâce à mon bracelet qui calcule tout.
– Mais tu penses que…
– Ça me dit le nombre de pas, au pas près. Et de la maison au bureau, je fais le tiers de l’objectif de la journée, c’est dingue non?
– Ha oui! Mais…
– Parce qu’il faut se fixer un objectif journalier, sinon ça ne sert à rien. Là, ça indique les calories dépensées. Et je suis entrain de battre mon record!
– Béa, tu peux m’écouter s’il te plaît!
– Mais je ne fais que ça, Flo. Je suis ton amie et sincèrement, je te le dis: t’as vraiment une sale tête!! Ça ne m’étonne pas, tes soucis. C’est parce que tu fais pas assez de pas. Fais comme moi, connecte-toi! Tu sais, si t’es pas connectée à toi-même, tu peux pas l’être aux autres!
– Oui, je vois. Toi, t’es vraiment conne...ectée… Et pas moi…
– Ouais, vraiment! Bon, tu viens??

06/10/2014

Mauvaise blague

-Alors Robert, on attend pas Emile ?
-Non, Dudu, il viendra pas, il est puni…
-Comment ça ?
-Ben… Sa femme le laisse pas sortir ce soir !
-Qu’est-ce qu’il a encore fait, l’Emile ?
-Heu… Tu connais la blague du type qui rentre chez lui complètement rond ?
-Quel rapport  avec Emile ?
-Je te la raconte ! Donc, le type rentre chez lui complètement bourré, il se souvient de rien, et le lendemain matin, il est persuadé de se faire engueuler comme du poisson pourri et…Surprise ! Sa femme lui a préparé un super petit déjeuner avec du pain frais, une omelette, des jus tout frais, et un joli mot d’amour, genre « bonne journée mon chéri, je t’aime, tu es merveilleux ».  Le type, tu penses, il comprend rien. Alors il demande à sa femme pourquoi il a droit à tout ça. Et elle lui dit : « hier soir, quand tu es rentré, je me suis collée à toi et tu m’as repoussé… » Le type comprend toujours pas, et sa femme rajoute : « tu m’as dit : non, espèce d’allumeuse ! Laisse-moi tranquille ! J’aime ma femme et je suis fidele. »
-Bien joué ! Mais je vois toujours pas le rapport avec Emile ?
-Ben, comme Emile ça colle pas trop avec sa femme ces temps, il s’est dit qu’il allait faire comme dans ma blague. Donc, hier soir, il rentre complètement cuit, sa femme vient se coller à lui, parfait, il lui balance son texte : « non espèce d’allumeuse, laisse moi etc… »
-Et ça a marché ?
-Très bien ! Sauf que ce matin, quand il a ouvert les yeux Emile, ben en fait, il était dans le lit de la voisine du dessous…
-Ha…

08/09/2014

Les maux de Françoise

invite.jpg

– Mais non!!!
– Mais siii! Pis le mari de l’autre, il se doutait de rien, tu penses. Alors, quand il a reçu la lettre de Françoise, il a viré l’autre. Dehors, avec toutes ses valises!
– Mais noon!
– Mais siii!! Alors l’autre, elle a débarqué chez Jean!
– Mais nooon!
– Mais siiii! Et pis le Jean, l’était pas là. Y avait Françoise…
– Mais nooon!
– Ben si! Et t’imagines la tête de la Françoise, quand elle a vu l’autre devant sa porte, avec toutes ses valises?
– Mais noooon!
– T’imagines pas??
– Ha siiiiii!!
– Bon. Et l’autre, elle s’est pas démontée, elle lui a dit que c’était de sa faute à la Françoise, si elle se retrouvait dehors, et que donc, elle venait habiter chez eux.
– Mais noooon!
– Je te dis que si! Alors la Françoise, elle a dit: «Très bien si c’est comme ça!» Elle a fait ses valises, et elle est partie sonner à la porte du mari de l’autre!
– Mais nooooon!
– Ben si!!! Et le mari de l’autre, qu’était tout malheureux d’avoir fichu sa femme à la porte, et pis d’être cocu en plus, et ben il a dit à la Françoise: «Pourquoi pas, entrez!»
– Nooooooon!
– Je te le dis!! Et le pire c’est que Jean, quand il est rentré chez lui, il était tellement saoul, qu’il a même pas remarqué que c’était l’autre et pas Françoise dans son lit.
– Noooooooon!
– Et tout ça à cause d’une lettre! T’imagines la panique dans le village, si Françoise elle avait écrit tout un livre?
– Ha ben ça!»

 Brigitte Rosset, comédienne