15/09/2014 09:00 | Lien permanent | Commentaires (0)

C’est Francine le gros lot

221533_e793f5e6.jpg

– Emile, imagine que tu gagnes dix millions au loto… Paf, t’as les bons numéros! Tu fais quoi?
– Paf, je gagne dix millions, c’est ça?
– Ouiii, paf! On est là, au bistrot, tu me dis que tu veux vérifier ton billet, on va au kiosque, et Jeannine t’annonce que tu as gagné!
– On est tous les deux, on arrive au kiosque, et «une Jeannine» me dit que j’ai gagné?
– Ouiii, on arrive au kiosque, et on t’annonce que tu as gagné!
– Mais on arrive au kiosque juste là?
– Ouiii!! Et même plus, tu as gagné quarante millions! Tu fais quoi??
– Paf, je tends mon ticket à la dame du kiosque juste là, et elle m’annonce que j’ai gagné 40 millions?
– Ouiii! Jeannine avec un grand sourire te dit: «Bravo Emile, whaouuu! Tu as gagné!» Tu fais quoi?
– C’est pas possible ton histoire! Au kiosque juste là, elle sait même pas que je m’appelle Emile.
– Mais on s’en fout! Je te demande de t’imaginer ce que tu ferais si on était là, tous les deux, qu’on arrive au kiosque juste là et Jeannine te dit: «Bravo monsieur, vous avez gagné!» Ça te va comme ça??
– Faut pas t’énerver Jédé!! Je peux pas m’imaginer…
– Et pourquoi???
– Au kiosque à côté, déjà, la dame, elle s’appelle pas Jeannine! Elle s’appelle Francine…
– Bon, on dit que c’est Francine qui te l’annonce! Alors, tu fais quoi? Imagine!
– Non, je peux pas…
– Qu’est-ce qu’il y a encore?
Imaginer que je gagne quarante millions au loto, c’est possible. Mais imaginer que Francine me parle, à moi!! Ça, c’est trop beau pour y croire…

Brigitte Rosset, comédienne.

08/09/2014 08:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : invité, matin

Les maux de Françoise

invite.jpg

– Mais non!!!
– Mais siii! Pis le mari de l’autre, il se doutait de rien, tu penses. Alors, quand il a reçu la lettre de Françoise, il a viré l’autre. Dehors, avec toutes ses valises!
– Mais noon!
– Mais siii!! Alors l’autre, elle a débarqué chez Jean!
– Mais nooon!
– Mais siiii! Et pis le Jean, l’était pas là. Y avait Françoise…
– Mais nooon!
– Ben si! Et t’imagines la tête de la Françoise, quand elle a vu l’autre devant sa porte, avec toutes ses valises?
– Mais noooon!
– T’imagines pas??
– Ha siiiiii!!
– Bon. Et l’autre, elle s’est pas démontée, elle lui a dit que c’était de sa faute à la Françoise, si elle se retrouvait dehors, et que donc, elle venait habiter chez eux.
– Mais noooon!
– Je te dis que si! Alors la Françoise, elle a dit: «Très bien si c’est comme ça!» Elle a fait ses valises, et elle est partie sonner à la porte du mari de l’autre!
– Mais nooooon!
– Ben si!!! Et le mari de l’autre, qu’était tout malheureux d’avoir fichu sa femme à la porte, et pis d’être cocu en plus, et ben il a dit à la Françoise: «Pourquoi pas, entrez!»
– Nooooooon!
– Je te le dis!! Et le pire c’est que Jean, quand il est rentré chez lui, il était tellement saoul, qu’il a même pas remarqué que c’était l’autre et pas Françoise dans son lit.
– Noooooooon!
– Et tout ça à cause d’une lettre! T’imagines la panique dans le village, si Françoise elle avait écrit tout un livre?
– Ha ben ça!»

 Brigitte Rosset, comédienne

02/09/2014 15:51 | Lien permanent | Commentaires (0)

Et si on parlait d’autre chose?

221533_1cd44ac8.jpg
– Ah là là, non mais franchement, mais là, mais pfff!
– Non, Emile, tu vas pas t’y mettre, toi aussi!
– Ouais mais bon, Jédé… Pfff. Franchement… Là, moi, je pfff…
– Emile, je suis d’accord, mais là, moi, ras-le-bol! Tout le monde parle de ça! Ça râle partout!
– Ouais, mais bon… Enfin, Jédé, c’est normal de râler quand même, non? Tu sais comme je suis d’habitude, toujours positif, non? Mais là…
– C’est pour ça que j’ai du plaisir à te voir. T’es pas un vieux ronchon comme Ernest. Alors, s’il te plaît, tu commences pas à t’y mettre aussi, hein!!! Tu vas passer pour un Genevois!
– Ouais ben tant pis, m’en fiche…
– Passer pour un Genevois, toi Emile, tu t’en fiches? Ouais, même ça, je m’en fiche! Je me fiche de tout. J’en ai marre, j’en ai marre, et pis à force, en plus, ça me fiche le bourdon! Et si, moi, Emile, j’ai envie de râler, eh bien, je râle, et pis c’est tout!
– Mais non, Emile, pas toi! J’en ai ma claque, moi. Je vais chez Ernest, il parle que de ça. Je croise Germaine, elle parle de ça. Je vois Armand, pareil… Pfff. Tout le monde râle, tout le monde se plaint, et tout le monde déprime. Faut rester optimiste, Emile, ça va changer, c’est pas possible autrement…
– Mais bon… Optimiste? Terminé! Y en a marre, y en a marre, y en a marre…
– C’est bon, Emile? T’as assez râlé?
– Ouais!
– On va pêcher jeudi?
– Ils annoncent quoi?
– Attends… Ben… Temps nuageux… Et pluie…
– Pfff, tu vois.
– Ouais, pfff…
– Bon alors, on fait quoi, Jédé?
– On râle, Emile?
– Ouais, on râle!
 
Brigitte Rosset, comédienne